02.35.77.18.90
N°ORIAS 18 002 793

AUTOMOBILE

Définition

La loi oblige tout propriétaire d’un véhicule terrestre à moteur à souscrire une assurance pour couvrir les dommages causés lors d’un accident.
L’assurance automobile démontre son utilité dans le cadre d’un accident impliquant le véhicule assuré. Cette garantie permet d’indemniser les victimes d’un dommage causé par le véhicule en vertu de la garantie responsabilité civile accordée par le contrat d’assurances.
En dehors de la couverture obligatoire de base, l’assurance peut également mettre à disposition de l’assuré diverses prestations complémentaires. Elles vont servir à faciliter le quotidien du souscripteur en cas de problème avec son véhicule. Autrement dit, cela se traduit, par exemple, par un prêt d’automobile en cas d’incendie ou de vol du véhicule assuré.
Il peut aussi y avoir l’assurance des accessoires de l’automobile et bien d’autres solutions…

Quels sont les bases et les risques qui peuvent être couverts

  • Responsabilité civile (dommages corporels et dommages matériels)
  • Défense pénale et recours suite à un accident
  • Vol, incendie, tempête, explosion (selon la garantie choisie)
  • Bris de glace (selon la garantie choisie)
  • Dommage tous accidents (si garantie tous risques choisie)
  • Accessoires, effets, objets (selon la garantie choisie)
  • Attentats, actes de terrorisme (selon la garantie choisie)
  • Catastrophes naturelles (selon la garantie choisie)
  • Catastrophes technologiques (selon la garantie choisie)
  • Protection du conducteur
  • Assistance (selon la garantie choisie)

Comment bien choisir son assurance voiture

Plusieurs critères doivent être pris en compte lorsque vous recherchez une assurance auto. Notre rôle est de vous aider à définir vos besoins en matière de couverture et suivre la gestion de votre dossier, même longtemps après la souscription de l’assurance.
Généralement, on trouve 3 types d’assurances :
  • L’assurance au tiers : elle se nomme aussi « la responsabilité civile ». Elle prend en charge les frais liés aux dégâts matériels et corporels infligés à une personne tierce, dont le conducteur est responsable;
  • L’assurance dite tiers + : elle se compose de l’assurance au tiers que l’on agrémente d’une ou plusieurs options (catastrophes naturelles, technologiques, assistance 0 km …);
  • L’assurance tous risques : c’est la formule la plus complète. Elle indemnise toutes sortes de sinistres, quelle que soit la part de responsabilité du conducteur.

Comment calculer le prix de son assurance automobile

Il va falloir répondre à des critères bien précis pour que le montant soit le plus juste tels que :
  • Le modèle exact du véhicule à assurer
  • La date de sa première mise en circulation
  • La date à laquelle vous l’avez acquis
  • La date d’obtention de votre permis de conduire
  • Qui sera le souscripteur principal et qui sera (ou seront) le ou les assurés
  • Le relevé d’informations sur vos éventuels sinistres au cours des 36 derniers mois avec votre bonus/malus
  • L’étude du montant de votre franchise
  • Le lieu du stationnement du véhicule (garage, dans la rue, dans un parking privé…)
  • Votre adresse (cela permet de calculer votre zone de risque par rapport aux vols de voitures par exemple…)
Selon chaque cas, il peut y avoir des clauses spécifiques à ajouter au contrat, à voir entre le souscripteur et l’assureur.

Comment se calcule le bonus/malus et quels en sont ses principes

Ce coefficient est une technique de calcul utilisé par les compagnies d’assurances et défini par le Code des Assurances, pour déterminer le montant des primes à payer. Pour cela, il se base sur le nombre de sinistres de l’assuré .

Le souscripteur qui n’a jamais eu d’accident peut bénéficier d’une baisse du coût de ses cotisations. A contrario, si celui-ci en fait l’objet, un malus lui sera appliqué, et de ce fait, il verra ses primes augmenter.

Lors de la signature du contrat, le coefficient de l’assuré est de 1. A chaque nouvelle année, ce chiffre sera réévalué. En effet, quand une année s’achève et qu’il n’y a pas eu de sinistre, une baisse de 5 % est appliquée sur le coefficient. Dans le cas contraire, à chaque accident, une majoration de 25 % est opérée.

Par exemple, vous avez un bonus à 1 et vous avez passé votre première année sans sinistre, le calcul sera donc 1 * 0.95 (résultat de 5 %) = 0.95. Votre nouveau CRM (Coefficient Réduction Majoration) sera donc de 0,95 soit 5 % de bonus.